Usages

L’activité cynégétique

La chasse au gibier d’eau est la pratique la plus courante sur les deux marais. 

 

Sur le marais de Ver-sur-Mer et de Meuvaines, elle s’exerce selon deux modes :

- la chasse aux gabions* : les mares sont remplies courant fin juillet, et vidées en mars-avril pour entretien (fauche, curage …) ;

- la chasse à la bécassine, surtout pratiquée à Meuvaines.

Sur le marais de graye-sur-Mer, une association communale de chasse agréée (ACCA) a été créée sur la commune en 1969. Son territoire de chasse correspond peu ou prou au territoire communal. Comme sur le marais ouest, c’est la chasse au gibier d’eau qui est surtout pratiquée (chasse aux gabions) ; il n’existe pas à Graye-sur-Mer de pratiques spécifiques pour la chasse à la bécassine.

La chasse maritime sur le littoral de Graye-sur-Mer à Isigny réunie quelque 300 chasseurs. Deux zones du littoral son particulièrement fréquentées : devant Geffosses et devant le marais de Ver-sur-Mer et Meuvaines ; ce sont en effet des sites où les oiseaux (canards et surtout limicoles) exploitent et utilisent tour à tour les marais intérieurs et les grèves du domaine public maritime, entraînant une multiplication des passages. Il s’agit d’une chasse qui se pratique en fin d’été (août à septembre) et lors des vagues de froid hivernales.

L’Association qui regroupe ces chasseurs a été créée il y a une trentaine d’années. Elle est titulaire d’un bail avec l’État, qui a été renouvelé en 2005 pour 9 ans. Cette chasse se pratique à pied sur les grèves (« à la botte »), plus rarement au hutteau*.

Par ailleurs, la chasse au chien rabatteur est pratiquée sur le marais de Ver-sur-Mer, le dimanche.

 

La randonnée pédestre

Les marais de Meuvaines, Ver-sur-Mer et Graye-sur-Mer s’inscrivent sur un littoral très fréquenté à proximité de la station balnéaire de Courseulles. Ils constituent un site proche d’agglomérations importantes (Caen, Bayeux). Le front de mer offre un site de « respiration » propice à la marche et à la détente récréative. Au delà, les possibilités d’exercer la pêche à pied draine un public avertis. Ces différents publics offrent a possibilité d’une activité culturelle de découverte de la nature des marais.

Les conséquences en terme de fréquentation sont :

-          une fréquentation à l’année, surtout les fins de semaine ;

-          des pics de fréquentation importante (célébration) ;

-          une vocation balnéaire impliquant une saison touristique estivale ;

-          une fréquentation locale à l’année rythmée par les marées.

Relations avec les habitats : création de cheminement divers sur le cordon dunaire fragilisant le couvert végétal des dunes pour les habitats « Dune mobile à oyats », « Végétations annuelles des laisses de mer » et « Dune mobile embryonnaire ».

 

Les activités balnéaires : plage et camping

Ces activités (détente, jeux) sont connexes à celles de la découverte du site. Elles sont renforcées par la présence du camping de Graye-sur-Mer et sont observées sur les habitats « Replats boueux ou sableux exondés à marée basse », « Végétations annuelles des laisses de mer » et « Dune mobile embryonnaire ».

Relations avec les habitats : l’impact noté l’est sur les végétations pionnières où l’on constate une désorganisation des pieds de dune encore en place. On constate peu d’impacts sur les végétations de laisse de mer et l’on ne dispose pas d’informations sur les sables exondés. A noter la présence du gravelot à collier interrompu, non visé par ce présent document. Cette espèce est nicheuse occasionnelle.

 

L’agriculture

Sur le marais de Graye-sur-Mer, ce sont 7 exploitants qui ont été recensés. Les parcelles sont exclusivement exploitées en prairie (fauche et/ou pâture).

Sur les marais de Ver-sur-Mer et Meuvaines, 10 agriculteurs ont été recensés. Du point de vue de l’orientation des exploitations, il y a lieu de distinguer celles qui sont exclusivement orientées vers les grandes cultures, et celles qui pratiquent également de l’élevage (5 d’entre elles).

 

(*) Hutteau : abri rudimentaire et mobile utilisé à la chasse au gibier d’eau.

(*) Gabion : abri sédentaire utilisé à la chasse au gibier d’eau.