Vous êtes ici

Habitats d'espèces

Qu'est ce qu'un habitat d'espèce ? 

Il s'agit du milieu utilisé par les oiseaux afin de satisfaire les phases essentielles de leur existence : reproduction, alimentation et repos.

 

Les îles et les îlots, milieux propices à la reproduction...

Parsemés sur l'ensemble du site, les îlots constituent l'habitat de reproduction de plusieurs espèces. La structure de la végétation joue un rôle important pour expliquer la répartition des espèces. En effet, certaines d'entre elles privilégient les pelouses rases (pelouses aérohalines) pour déposer leur nid, à l'image du Grand cormoran et du Goéland brun. D'autres préfereront une végétation arbustive leur permettant de dissimuler leur ponte. C'est le cas du Tadorne de Belon, ou bien encore du Cormoran huppé qui profite ici de multiples cachettes pour cacher son nid. La Sterne pierregarin dépose quant à elle ses oeufs à même la roche, ce qui peut entraîner des conséquences néfastes en cas d'envol intempestif : il arrive alors parfois qu'un oeuf reste collé à la plaque incubatrice de l'oiseau. En retombant, ils peuvent donc se briser. Enfin, l'Huîtrier-pie dépose ses oeufs dans des micro-dépressions en pourtour d'îlots. Au final, chacune des espèces exploitent un habitat préférentiel assurant une bonne cohabitation entre elles. Seul le Goéland marin joue véritablement un rôle de régulateur sur les colonies, au détriment du Goéland argenté en particulier. En effet, il peut se révéler prédateur des jeunes poussins de ses congénères mais également un frein à l'installation des autres goélands par compétition spatiale.

En périodes hivernale et migratoire, certains îlots changent de fonction pour les oiseaux : les limicoles qui transitent par l'archipel les utilisent alors comme reposoir en attendant que la marée descende, découvrant ainsi les vasières et les bancs de sable où ils s'alimentent. Les îlots peuvent également servir de dortoirs où se rassemblent les oiseaux à la nuit tombée, à l'image des cormorans.

 

L'estran, un vaste garde-manger ?

L'archipel se caractérise par un estran extrêmement vaste. Lors des grandes marées, des milliers d'hectares découvrent, offrant un garde-manger pour de nombreux oiseaux. Alors qu'on pourrait imaginer une fréquentation importante de cet espace par les espèces spécialisées (les limicoles), la situation n'est pas aussi évidente. 

Des travaux de recherche, sous l'égide du CRESCO, ont montré d'une part l'extrême fragmentation des milieux et, d'autre part, la configuration bathymétrique tout à fait particulière du site. Couplé aux coefficients de marée, cette situation a pour conséquence de restreindre assez considérablement les surfaces disponibles pour l'alimentation des oiseaux. Sur les 1300 hectares de substrat meuble, seuls 300 hectares sont effectivement exploitables par les oiseaux !

Ceci explique la fréquentation relativement faible du site par les limicoles.

 

Le milieu marin, réservé aux pêcheurs !

Il constitue le milieu d'alimentation de  prédilection pour les espèces piscivores (qui se nourissent de poissons) de la ZPS : Grand cormoran, Cormoran huppé et Sterne pierregarin notamment. Là encore, à chacun sa technique de pêche et son régime alimentaire. Le Grand cormoran capture plusieurs espèces de poissons (une vingtaine), parmi lesquelles les Labridés et la Sole représentent l'essentiel des captures. Son proche cousin, le Cormoran huppé, est bien plus spécialisé. Pour lui, le lançon est vital puisqu'il représente plus de la moitié des prises de pêche !